Marion, ancienne volontaire en Inde, un parcours tourné vers la solidarité

Marion avec le groupe de femmes qu'elle accompagnait. © Intercordia

En 2016, Marion a effectué une mission en Inde avec Intercordia. Pendant six mois, installée dans l’Etat du Tamil Nadu, dans le sud du pays, elle a travaillé pour des programmes de microcrédit auprès des femmes. Engagement, parcours, savoirs, compétences… Elle explique ce que lui a apporté son volontariat dans la poursuite de son parcours professionnel.

12/04/2019

Peux-tu nous parler de ta mission ?

Dans le cadre de mon année de césure avec Intercordia, j’ai effectué une mission en Inde, dans l’Etat du Tamil Nadu, avec la structure Credit At People, durant six mois. Assistante chef de projet sur des programmes de microcrédit auprès des femmes de basses castes en milieu rural, j’ai été en charge du suivi terrain et de l’évaluation d’impact économique et social de ces programmes.

Quelles sont les compétences que tu as développées ?

La mission m’a permis de développer deux compétences principales : la capacité à être force de propositions et la capacité à interagir avec différentes parties prenantes.

J’ai été très libre, durant la mission, de proposer des idées et des suggestions d’améliorations. De ce fait, j’ai appris à ne plus simplement identifier les problèmes (posture passive) mais à proposer des solutions (posture active). Considérant que la place des hommes dans les programmes de microcrédit destinés aux femmes n’était actuellement pas prise en compte, j’ai ainsi pris l’initiative de rédiger un rapport sur cette thématique afin d’améliorer la pertinence et l’efficacité des programmes.

Par ailleurs, j’ai appris durant la mission à interagir avec différents interlocuteurs (les salariés indiens, les femmes sur le terrain, les volontaires françaises, les membres du board de CAP). Chaque interlocuteur a sa propre vision des programmes et cela peut parfois engendrer des tensions. L’écoute attentive et l’analyse des attentes et besoins de chaque interlocuteur m’ont permis de développer une meilleure compréhension de l’environnement du projet, des éventuelles difficultés rencontrées et donc d’aborder le travail collectif avec plus de sérénité.

Qu’est-ce qu’Intercordia t’a apporté ?

Avant mon départ en mission, j’ai suivi une formation au départ avec Intercordia. Riche et intense, la formation m’a permis d’acquérir une meilleure connaissance de moi-même et de mes réactions dans différentes situations. Elle m’a par ailleurs permis de prendre conscience de la réalité complexe des programmes de solidarité et du danger de la pensée dichotomique (le bien/le mal) dans un environnement multiculturel. En ce sens, la formation Intercordia a été déterminante une fois en mission car elle m’a permis de prendre du recul, de savoir questionner les grands concepts (« autonomie » des femmes à travers les programmes de microcrédit) tout en restant respectueuse des analyses faites jusqu’à présent par ma structure d’accueil (CAP).

Quel est ton parcours depuis la fin de ta mission ?

Après la mission, j’ai poursuivi mes études avec un master en gestion de projets internationaux à l’ESCD 3A. Depuis bientôt deux ans j’effectue ce master en alternance au sein d’une Fondation d’entreprise qui travaille sur les thématiques de la rupture de la solitude en ville et de l’accès aux produits de première nécessité.

Les compétences que j’ai développées à travers la mission en Inde me sont essentielles dans ce poste : j’ai en effet pour objectif de mettre en relation deux secteurs qui ne dialoguent traditionnellement pas (le secteur associatif et le secteur de la grande distribution). Savoir être force de propositions est également essentiel au vu des différents enjeux rencontrés par l’entreprise et la Fondation actuellement (réduction du gaspillage alimentaire, implication des collaborateurs, développement des partenariats associatifs).

A propos d’Intercordia :

Intercordia propose à des jeunes de les accompagner dans une mission de solidarité internationale auprès de populations défavorisées et de cultures différentes, et en valorisant leur expérience par un diplôme universitaire.

Site internet d’Intercordia